Firenze (+adresses)

DSCN4938
Florence

DSCN5130
Riboletta (soupe toscane épaisse à base de pains et légumes) de la Trattoria Sergio Gozzi

DSCN5075
Duomo

DSCN5439
DSCN5314Hôtel Mona Lisa

DSCN5275Chez Gilli

DSCN5273Le meilleur chocolat viennois

DSCN5262David

DSCN5261David

DSCN5252Sandwich & vin rouge sur les tonneaux de chez Ino 

DSCN5217Offices

DSCN5192


DSCN5174Orsanmichele


DSCN5112Marché San Lorenzo


DSCN4787La pizzeria dell’osteria del caffe italiano

DSCN5051Les meilleures pizzas du monde

DSCN5034Battistero

DSCN5010Gelateria de Neri. Yaourt+chocolat-piment-pistache

DSCN4970San Miniatio al Monte

DSCN4962

DSCN4950Piazza Michelangelo

DSCN4660Lardo di Colonata é bruschetta pecorino chez Pallotino

DSCN4813Piazza della Signora

DSCN5304
Les profiteroles italiennes de l’osteria del cafe italiano

DSCN5291
Pappa al pomodoro

DSCN4710

Bonnes et moins bonnes adresses:

♥ Pizzeria dell’osteria del caffe italiano, 11-13 via Isola delle Stinche
Les meilleures pizzas que j’ai jamais mangé. On y a dîné 3 soirs sur 4. Chaque soir nous y étions les seuls touristes (très plaisant), le pizzaïolo et le serveur étaient très sympatiques é tipico! La pâte à pizza est incroyable, j’en ai l’eau à la bouche rien que d’écrire sur le sujet. Là-bas vous pourrez déguster seulement 3 pizzas: la margherita, la napoli et la marinara, mais quelles pizzas! Je ne peux que vous conseiller d’y aller, vous ne le regretterez pas, nous, on en rêve encore..! Le deuxième soir, le serveur -qui ne parle pas un mot d’anglais- nous a offert des profiteroles italiennes (fourrées à une crème légère et recouverte de chocolat noir fondu à la minute) et une part de tiramisu, un régal! 8€ la pizza, 3€ la bouteille d’eau.

Trattoria Sergio Gozzi, 8 Piazza San Lorenzo
Des touristes cotoient des habitués sur les bancs de chez Sergio Gozzi. On dit qu’en Italie, pour savoir si l’on est dans un vrai restaurant, on ne doit connaître que deux plats sur la carte. Ici, on ne reconnaissait absolument rien. Pas de lasagnes, ni de bolo ou de pizzas à l’horizon. Côte à côte on a dégusté des fagottini di pasta fresca in brodo di gallina (des pâtes farcies dans un bouillon et avec parmesan), une ribollita (la soupe épaisse toscane) et des polpette fritte (comme des boulettes de chez nos bouchers mais ultra-moelleuses). Une cantine qui nous a fait découvrir des plats italiens, à deux pas du marche San Lorenzo (pour vous ouvrir l’appétit…). 42€ avec le couvert, l’eau, le café, la bière, deux entrées et deux plats.

Ino, 7 via del Georgofili
Sandwichs juste à côté des Galeries des Offices (et après 5h dedans on commence à avoir faim!). Une grande carte de sandwichs faits devant nous et un large choix de vins. Avec deux verres de vin rouge « du jour », on s’est installé sur des tonneaux qui servent de tables pour déjeuner, Thomas a pris un mortadelle, fromage, brocolis et j’ai commandé un prosciutto, tapenade, tomate, pecorino. Pas transcendant, mais cadre sympa et au pied des Offices.

Pallotino, via Isola delle Stinche
Un cadre chaleureux et zéro touristes dans cette trattoria près de notre hôtel. Thomas a pris des lasagnes épinards à la farce gouteuse et j’ai mangé du Lardo di Colonata, une charcuterie délicieuse et fondante, une vraie friandise, avec de la salade et des bruschetta. En dessert, on a pris le gâteau que nos voisins avaient commandé, une part de gâteau au chocolat incroyable… On a pas vraiment compris leur secret, mais le serveur expliquait à la table d’à côté qu’il y avait pas mal de blancs d’oeufs, et qu’il était plat et pourtant très léger (déduit d’après les gestes…). 30€ avec deux plats, un dessert, le couvert et l’eau.

Gilli, 1 via Roma
Un salon de thé culte… et donc excessivement cher. J’y ai tout de même bu le meilleur chocolat, un vrai, avec une crème fouettée maison et très peu sucrée. Délicieux et à 9€.

Osteria dell caffe italiano, via Isola Dell Stinche
Le restaurant qui tient LA pizzeria. On ne pouvait pas passer à côté. En antipasti, mozzarella di buffala généreuse et prosciutto. Pain toujours italien (donc blanc et secos) mais frais. En primi Thomas a choisi des ravioli di ricotta i spinaci al pomodoro et pecorino dolce et j’ai pris du Pappa la pomodoro, une soupé épaisse au très bon goût de tomate, nourrissant mais avec une portion parfaite. Pour le secondo piatti, Thomas a mangé une Tagliata di Vitellone all’uso d’ell Osteria, une très bonne viande de boeuf (les viandes sont leur spécialité) tandis que je dévorais à la main mes Rosticciana di suino brado locale con le patate, des sorties de ribs vraiment excellents, fondants et bien assaisonnés. En dolci on ne pouvait pas passer à côté des profiteroles au vrai chocolat fondu, perfectoooo. Ce sont des choux garnis d’une crème que je n’arrive pas à reconnaitre, il n’y a ni glace, ni chantilly dans ces profiteroles là. Mais le serveur arrive avec sa bassine en cuivre et sa louche et fait couler le chocolat fondu sur nos choux en faisant un peu le même mouvement que pour le thé à la menthe. 120€ avec le service, l’eau, une bouteille de vin rouge, deux entrées, deux plats, deux desserts, un café.

I Tarrochi, 12 via dei Reina
Un midi nous sommes allés dans cette pizzeria conseillée par Loukoum… Quelle déception! Il faut dire qu’après les pizzas du caffe italiano, c’était dur de rivaliser. D’ailleurs, depuis Florence, on est devenu très très exigeants niveau pizza. On a pris pour eux les Crostini di Terra et c’est ce que j’ai préféré, 2 crostinis au tomates, 2 au pesto d’épinards, 2 au foie et 1 aux champignons. La pâte a pizza était bien fine mais la cuisson pas génial et la garniture manque de « goût ».

Gros coups de coeur pour: le Battistero, Santa Maria Novella, San Miniatio al Monte, l’Orsanmichele, le Couvent San Marco et Santa Annunziata (…. et la pizzeria)

On a dormi comme des loirs à lhôtel Monna Lisa, 27 Borgo Pinti. Un hôtel incroyable avec son architecture, son mobilier, ses peintures et sculptures, son adorable jardin et son petit dej du tonnerre! On était encore « dans Florence », chaque nuit, en retournant à l’hôtel…