Gratin de patates douces d’Ottolenghi

Quand j’ai acheté « Le cookbook » d’Ottolenghi, je me suis dit « Mince, encore un bouquin que je ne vais pas utiliser ». Trop d’ingrédients, trop de viande, de poisson, trop de pâtisseries que je maîtrise déjà… Puis, comme je l’ai décidé l’an dernier, je me suis mis à coller des post-it sur toutes les recettes que j’étais « susceptibledefaire ». Finalement, ça fait un paquet de post-it qui dépasse du bouquin.. Ottolenghi est un gourou de la cuisine anglaise, avec des restaurants implantés dans Londres et des ouvrages de cuisine à son nom (le fameux « Jérusalem » écrit avec son sous-chef Tamimi). J’ai hésité entre ces deux bibles de la cuisine actuelle, mais un chroniqueur de l’émission « On va déguster » sur France Inter a parlé du « cookbook » en citant la (merveilleuse) recette de brocolis grillés à l’ail et au piment… Décisif. DSCN9852 DSCN9855    La première recette que j’ai testé est celle-ci: le gratin de patates douces. Lors du premier barbecue de 2015 (youhou!), il ne faisait pas si beau que ça (youhou..). Alors j’ai rangé mes idées de trucs hyper-frais et de brochettes végétariennes et je suis allée chercher les meilleures saucisses de  Lille chez Evrard, rue Gambetta. Avec les merguez et les saucisses épicées, je voulais du doux, du moelleux, du gratin de patates douces qui collait avec le ciel rosé. Cette recette paraît étrange, j’ai du relire plusieurs fois pour être sûre: elle contient de la crème fouettée. Oui, oui. Alors je vous rassure tout de suite, vous pouvez ne pas monter la crème en crème fouettée. J’ai testé les deux et ça fait un bon gratin aussi. Mais c’est meilleur avec la mousse de crème sur le dessus, tout simplement car au lieu de couler dans le bas du plat, ça recouvre les patates douces et forme une pellicule qui les protège du chaud et apporte un moelleux au gratin. DSCN9857DSCN9858DSCN9863

Gratin de patates douces
une recette d’Ottolenghi, pas vraiment respectée…

1 kilo de patates douces (oranges pas blanches) à 1k5 selon la taille du plat (je cherche les patates douces les plus allongées afin de pouvoir les débiter en rondelle au robot – et oui faut que ça passe dans le bidule -)
20 cL de crème liquide à 30% de matière grasse bien froide
3 gousses d’ail épluchées, dégermées, écrasées
1 c.à.s d’huile d’olive
un peu de persil frais, ou de thym, ou comme Otto; de la sauge
sel, poivre

Préchauffez le four à 200°C.
Lavez les patates douces, gardez la peau! Coupez les en rondelles de 5mm environ, au couteau ou au robot. Mettez les rondelles dans un grand saladier, ajoutez l’huile d’olive, les gousses d’ail écrasées, une cuillère à soupe d’herbes, salez, poivrez, plongez les mains et remuez tout. Otto ne met pas d’huile d’olive, je trouve que ça « enrobe » mieux les patates douces, même s’il n’y en a qu’un chouïa.
Rangez les patates douces (c’est important pour la cuisson je pense, de ne pas les mettre en paquet les unes par dessus les autres comme pour un dauphinois) dans un plat à gratin. Ajoutez les morceaux d’ail qui sont restés collés au saladier. Couvrir de papier d’aluminium (à ce moment vous pouvez le gardez au frais jusqu’au lendemain si vous voulez le préparez la veille!) et enfournez pour 45mn
. Sortez le gratin du four, laissez le four tourner. Montez la crème en chantilly (sans sucre, évidemment). Déposez la crème fouettée sur le gratin et enfournez pour encore 20 mn environ, le temps que la crème est fondue/dorée. Servez immédiatement.