Tarte forestière de Sherlock Holmes devant « Les chiens de Baskerville »

Sherloc BBC + « Alimentaire mon cher Watson » = soirée british.

DSCN5649

Un livre de recettes Sherlock Holmesiennes, c’était inévitable pour nous… « Alimentaire mon cher Watson! » d’Anne Martinetti est un bel ouvrage, avec des photos old school-voire vieillottes-qui collent parfaitement à l’idée que l’on se fait de Holmes. Les recettes proposées sont des classiques de la cuisine anglaise, de l’oeuf-bacon à la perdrix en gelée en passant par le victoria sponge cake (parmi eux, quelques plats que je ne testerai jamais: les rognons en croûte, le faisan à l’orange, les sandwiches au concombre…). Où est Sherlock dans tout ça? Car si on le trouve parfois dînant à des tables londoniennes ou prenant le petit déjeuner au 221B, la nourriture ne prend pas beaucoup de place dans les livres de Conan Doyle. Anne Martinetti essaye pourtant de faire coïncider Sherlock et sa tambouille, parfois difficilement… Esthetiquement, c’est réussi: les recettes sont intégrées dans des chapitres, jointes à des extraits de  nouvelles de Conan Doyle ou autres auteurs ayant écrit sur Sherlock Holmes et sont précédées d’un petit résumé d’aventures holmesiennes. Malheureusement, excepté pour quelques pages, je peine à voir le lien… Mais, l’ouvrage avec sa centaine de recettes anglo-saxonnes, reste un bon livre de cuisine.

DSCN5643

Pour regarder l’épisode 2 saison 2 de Sherlock « The hounds of Baskerville » (et non « The hound of Baskervilles »), se déroulant dans la campagne de Dartmoor, j’ai décidé de faire une tarte salée forestière proposée dans « Alimentaire mon cher Watson ». La quiche était délicieuse: bons champignons+pâte maison au beurre de chez le fromager+vrai gruyère+herbes fraîches à foison, y’a pas de secret (enfin, sauf dans Sherlock!)

Pour la pâte (je n’ai pas suivi la recette du livre car j’adore celle que je fais habituellement):
200g de farine – 100 g de beurre froid coupé en morceaux – 1 gros oeuf – 1/4 de c.à.c de sel – un peu d’eau  fraîche
et le reste: 3 oeufs – 25cL de crème fraîche épaisse – 600 g de champignons de Paris – 3 oignons – 20 g de persil (ou plus!) – 1 gousse d’ail épluchée et dégermée

Mettre la farine et le sel dans un récipient, mélanger. Ajouter le beurre et sabler du bout des doigts.
Ajouter l’oeuf et amalgamer à l’aide du manche d’une cuillère en bois. Pétrir ensuite rapidement avec la main, ajouter un peu d’eau si besoin. Faire une boule, la filmer et la mettre au frais pour une heure.
Sortir la boule de pâte du frigo, l’étaler sur le plan de travail fariné, foncer le moule à tarte. Piquer le fond avec une fourchette et laisser au frigo le temps de préparer la garniture.
Eplucher les oignons et émincer les finement. Dans une poêle, faire fondre du beurre (25g environ) et faire revenir les oignons à feu doux.
Préparer les champignons: nettoyer les, retirer le pied et émincer les avant de les ajouter dans la poêle. Faire cuire 15 minutes avec les oignons. Ecraser la gousse d’ail, ciseler le persil et ajouter les dans la poêle.
Préchauffer le four à 180°.
Dans une terrine, casser les oeufs, les battre avant d’incorporer la crème. Continuer de battre jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Saler, poivrer.
Sortir le fond de tarte du frigo, y déposer d’abord le contenu de la poêle, puis ajouter l’appareil à quiche. Parsemer de bon gruyère (pas dans la recette!) et enfourner pour 35 minutes environ.
Dégustez chaud (dans le livre) ou tiède (pour nous) ou froid (le lendemain)!